ETA, FIN DE LA LUTTE ARMÉE: Et maintenant, on attend les touristes

Le 20 octobre dernier la bande armée Euskadi Ta Askatasuna (ETA) a annoncé la fin définitive de la violence, trois jours après le lancement de la Conférence Internationale pour la résolution du problème en Euskadi. Une opportunité pour le développement du tourisme au Pays Basque

Le 3 novembre dernier Bernabé Unda, Conseiller de l’Industrie, de l’Innovation, du Commerce et  du Tourisme du gouvernement autonome Basque, a confié aux médias lors du Forum Europa, Tribuna Euskadi, qu’il s’attendait à une fort développement du tourisme en Euskadi, après la fin de la lutte armée annoncée par ETA (Photo AFP). Il a ajouté qu’il espérait attirer 10% des touristes qui visitent l’Espagne, ce qui supposerait 5 millions de visiteurs en plus du nombre actuel.
L’impact de la fin de l’ETA pourrait aussi signifier un renouveau pour l’économie basque, qui comprend actuellement 140.000 chômeurs soit 2,7% des 5 millions d’espagnols sans emploi.

Une évolution du tourisme marquée par les actions de l’ETA
Les chiffres de l’évolution du tourisme dans le Pays Basque révèlent une relation avec l’insécurité générée par la bande terroriste pendant les dix dernières années. En 1998, le Pacte d’Estella, l’un des premiers accords entre partis nationalistes basques visant à mettre fin au terrorisme de l’ETA, a permis de donner suite à d’autres pactes et accords dans les années 2000.
Le secteur hôtelier basque a d’ailleurs vu augmenter son chiffre d’affaires de 11.234.659 € en 1999 a 17.870.282 € en 2008. Entre 2000 et 2010, les visiteurs dans le Pays Basque ont aussi été de plus en plus nombreux : en 2006, Euskadi avait reçu plus de 2.007.548 touristes alors qu’en 2010, ils étaient 2.238.699.

Fort tourisme rural
“Même si cela fait plusieurs années que le tourisme dans le Pays Basque vit une évolution très positive, la sécurité reste une base fondamentale pour l’activité touristique. À chaque acte de violence commis dans un pays ou un autre le secteur est tout de suite touché“, explique Diego López, vice président de l’Association Espagnole d’Experts Scientifiques en Tourisme (AECIT) et professeur spécialiste en ressources territoriales touristiques de l’Université de Jaume.
D’après les études réalisées par l’AECIT, le Pays Basque se situerait à la troisième position des régions espagnoles au niveau du tourisme rural, (70% du tourisme en Espagne correspond à du tourisme massif de plage).
“Le gouvernement autonome basque doit maintenant saisir cette opportunité pour développer tous ses atouts, comme par exemple la gastronomie et l’artisanat qui ont très bien été développés ces dernières années“, ajoute le vice-président de l’AECIT.

Les Français, les premiers étrangers à visiter le Pays Basque
D’après le Département de l’Industrie, de l’Innovation, du Commerce et du Tourisme basque les 27 derniers mois ont été très positifs et lors des neuf premiers, l’entrée de touristes a connu une augmentation de 5,99%, soit 1.822.679 visiteurs en 2011.
D’après les chiffres publiés sur la page officielle du gouvernement autonome basque, les Allemands et les Français sont les premiers touristes à avoir visité le Pays Basque en 2010.
“Les Français sont un marché prioritaire pour Euskadi. Ils sont le premier collectif à visiter la région“, précise le Département du Tourisme du Pays Basque. En l’an 2000, 77.294 Français faisaient du tourisme dans le Pays Basque, alors qu’en 2010 ils étaient 178.073.

Audrey CORDOVA (www.lepetitjournal.com – Espagne) jeudi 10 novembre 2011

Anuncios